Royaumeix dans les années 50
Souvenirs de la vie champêtre       Souvenirs de la vie religieuse
 
La vie champêtre
Avant-propos       A l'école       Au fond des bois       En plein champ       A la ferme       Au jardin       Entre rue et maison       A la vigne       Dans la cuisine       Conclusion

Entre rue et maison

La préparation des conserves de légumes et de fruits était aussi une opération commune (exigeant un effectif de 5 à 10 personnes) qui se déroulait habituellement devant la maison, précisément dans un espace libre appelé l'usoir (ou le parge), typique des villages-rues lorrains. Ce devant de porte de 3 à 15 mètres s’intercalant entre la chaussée et la façade des maisons était en fait une place à tout faire, un lieu communautaire extraordinaire où s’exprimait véritablement la vie du village et qui servait donc entre autres (1) à préparer les conserves.

Je me souviens bien sûr du conditionnement des petits pois mais aussi des mirabelles. Il y avait ceux qui écossaient ou dénoyautaient, ceux qui engageaient ces fruits dans le goulot étroit des bouteilles (une tradition locale certainement liée à l’absence de bocaux à fermeture hermétique), celui qui tassait les récipients à demi remplis, celui qui bouchait les bouteilles et enfin celui qui s’occupait de la stérilisation. En résumé, la préparation des conserves était à cette époque une opération collective tout à fait ordinaire comme d’ailleurs l’avait été auparavant, la récolte des petits pois au jardin et celle des mirabelles au verger !

A propos de ce dernier fruit, symbole de la Lorraine on le sait, je n’ai pas oublié les excellentes tartes aux mirabelles préparées avec amour chaque semaine par la pâtissière familiale qui devait sortir patiemment, une à une avec un crochet spécial, les mirabelles des fameuses bouteilles ! Je ne peux qu’en faire l’éloge et la remercier encore une fois de ce dessert suprême de mon enfance.

_______
1. Devenu à présent un lieu d’agrément, l’usoir était également utile autrefois pour garer le matériel agricole et pour déposer par exemple le bois de chauffage ou les bidons de lait avant leur ramassage. Et le soir en été, assis sur un banc ou un tronc d’arbre, les habitants du village y faisaient la causette entre voisins (en patois lorrain, on appelait ces réunions les « couaroils » du soir), prolongeant ainsi, souvent bien au-delà du coucher du soleil, l’étonnante animation de la journée liée à cet espace de vie ! Aujourd'hui, les quelques anciens du village que l'on voit réunis ici n'ont pas oublié ces bons moments du passé (Photo Pierre Fath, 26 mai 2012).

 

© Claude Bouchot